• BATI TRADITIONNEL

    Toitures du Czallier cantalien

    Les toitures des constructions du Cantal racontent la fois la tradition, le climat et les caractristiques gologiques et gographiques du territoire. A dcouvrir toutes les originalits de ce (...)

  • EXPOSITION

    Histoire et sens de la Vierge en majest de Laurie

    Jusqu’au 30 aot dcouvrir dans l’glise de Laurie (Cantal) l’histoire de cette oeuvre d’art et son sens religieux. Exposition extraite de la grande rtrospective (...)

  • AU VILLAGE DE LUSSAUD

    Confrence sur la statuaire religieuse du Cantal avec Pascale Moulier

    Jeudi 23 juillet, 15h l’’occasion du retour glise de Lussaud (commune de Laurie) des statues de Sainte Madeleine et de la Vierge de l’immacule conception aprs (...)

  • LES ECLATS DU CEZALLIER

    4 expositions pour oublier le confinement

    Dans la valle de la Sianne et ses abords, prenez le temps de visiter librement quatre expositions qui mettent en valeur le Czallier, la diversit de son patrimoine et le talent de ses artistes (...)

  • PARTENARIAT

    L ducation au patrimoine :
    pourquoi pas avec notre association ?

    Dans le cadre des plans acadmiques du patrimoine, l’Association Czallier valle de la Sianne peut apporter son concours des dispositifs afin de contribuer l’ducation au (...)

  • BENEVOLAT

    Participez des fouilles archologiques en septembre

    Deux sites archologiques proches de la valle de la Sianne vont faire l’objet de nouvelles prospections archologiques durant le mois de septembre. Les fouilles sont ouvertes aux (...)

  • ASSEMBLEE GENERALE 2020 (Reporte/confinement)

    Rapport d’activits 2019

    Notre association a continu en 2019 mettre en œuvre de nombreuses initiatives en revisitant les diffrents patrimoines des sept communes de notre territoire d’intervention. (...)

  • SUC DE LERMU

    Des fouilles rvlent des occupations humaines (2)

    Une opration de fouilles archologiques conduite en 2016 sur le sites du Suc de Lermu qui domine la valle de la Sianne a permis de mettre jour quatre occupations humaines dont la plus (...)

  • CHARMENSAC

    La Vierge de La Pironne

    La statuette de petite taille dite Vierge de La Pironne serait lie une simple source couverte au lieu-dit La Pironne, un village-ferme situ sur le plateau basaltique du Bru non loin du (...)

  • CHAPELLE SAINT JULIEN DE CHANET/ALLANCHE

    La croix processionnelle de Chanet

    Parmi les objets que possdait la vieille glise de saint Julien de Chanet, la croix processionnelle date du XVme sicle est d’un grand intrt car est l’un des rares tmoignages de (...)


Patrimoine Les Activités
A+  A-    Imprimer

Ranger et conserver

METTRE A L’ABRI
L’enfilade de placards
L’enfilade de placards

De nombreuses maisons rurales construites partir du 19me sicle intgrent frquemment dans la salle commune et dans les chambres de vastes boiseries-placards comprenant en faade jusqu’ quatre portes pleines qui ressemblent des portes d’armoires et qui parfois s’lvent jusqu’au plafond.

Les espaces de rangement avaient une grande utilit dans la vie domestique avant la gnralisation de l’armoire.

Le placard faisait partie de l’ameublement traditionnel de la maison rurale. En amnageant dans le mur o sur le ct de la chemine ces placards, la famille disposait d’espaces ferms pour y entreposer l’abri des ustensiles divers dans la salle commune et de la lingerie et les piles de draps blancs dans les chambres.

Avant la gnralisation de l’armoire dans l’habitation paysanne, l’enfilade de placards a t une forme de mobilier reprsentatif de l’intrieur paysan auvergnat.

Enfilade de placards aux portes moulures style Louis XV avec des traverses infrieures et suprieures comportant les symboles de l’toile, et la rouelle (Commune de Vze)

LE MEUBLE A TOUT
Le coffre
Le coffre

Le coffre est l’lment le plus ancien du mobilier gnralement apport par l’pouse. Supplant par l’armoire il est dsormais peu prsent dans les maisons d’aujourd’hui mis part les bancs coffres servant de marchepied dans les pices possdant encore des alcves anciens.

Jadis le coffre servait tout, bien avant l’invention de l’armoire. Il avait, outre sa fonction de « contenant » galement celle de marchepied devant les lits-clos, de sige, de table et parfois aussi de maie.

Les coffres furent utiliss pour ranger les vtements et le linge de maison, puis par la suite l’outillage et les ustensiles, les produits alimentaires, les graines diverses…

De nombreuses maisons du Czallier possdent encore beaucoup de ces coffres de montagne, trs frustres en sapin qui taient vous des usages divers souvent transforms en coffre grain au grenier.

Les coffres faisaient partie avec leur contenu de la dot de la marie avant l’introduction de l’armoire. On trouvait parfois plusieurs coffres par maison issus des diffrents hritages.

 

Coffre linge de Haute-Auvergne avec une particularit rare : un petit coffret latral qui servait ranger les papiers et titres de famille (Commune de Peyrusse)

LA MONTEE AU LIT
Le banc-coffre
Le banc-coffre

Le banc-coffre ou marchebanc, jamais pourvu de dossier, tait dispos devant l’alcve dont il avait la mme longueur. Indissociable des lits-clos comme de l’alcve, il permettait d’accder au lit gnralement assez haut. Ce meuble paysan caractristique donnait plein sens la formule commune "monter se coucher".

Ce dispositif d’accs au lit qui remplissait aussi la fonction de coffre n’existait dj plus dans bien des maisons lorsqu’un vrai lit (lit rouleau) remplac au dbut du XXme sicle la couchette traditionnelle en planche.

La plupart des marchebancs ont disparu avec les lits-clos. Ceux qui existent encore servent de coffre.

RANGEMENT SPECIFIQUE
L’armoire-coffre
L’armoire-coffre

L’armoire-coffre est un ancien type de meuble de facture modeste devenu trs rare qui trouve ses origines dans l’ancestral coffre. Deux types de ce meuble emblmatique de nos campagnes ont t retrouvs sur la commune de Vze : l’armoire-coffre de rangement et l’armoire-coffre grains.

L’armoire-coffre de rangement

Dans la partie basse de ce meuble pratiquement disparu, certaines familles du Czallier rangeaient le rouet ainsi que les assemblages de fils de lin, de laine ou de chanvre, replis en plusieurs tours, afin qu’ils ne se mlangent pas. Le meuble en photo n’a plus ses deux portes. (Commune de Vze)

L’armoire-coffre grains

Cette armoire en longueur divise en trois compartiments servait au stockage du grain gnralement dans le grenier o la grange. Devenue depuis longtemps inutile dans les fermes, et peu rutilisable, ce type de meuble a totalement disparu (probalement dans les flammes). 

 

FAIRE SON PAIN
La maie de ferme
La maie de ferme

La maie ou ptrin fut le mobilier le plus populaire une poque ou la plupart des maisons rurales disposaient d’un four pain privatif dans le cantou ou l’extrieur de l’habitation. Sans four les familles pouvaient utiliser le four communal.

Dans la maie, meuble strictement utilitaire d’une rusticit gnralise et sans dcor dans le Czallier, on ptrissait la pte, faisait lever le pain toutes les deux ou trois semaines.

La maie de Haute-Auvergne tait donc un meuble de service, frustre et de forme classique, la pyramide tronque, gnralement sans aucune dcoration car depuis le 19me sicle elle ne faisait plus partie des meubles de la salle commune. On la plaait dans une pice voisine, soit dans la souillarde, le dbarras ou dans la cave.

La maie, appele aussi ptrin, ptire ou encore coffre boulange , est en fait une simple caisse en sapin, htre, orme ou cerisier qui repose sur quatre pieds. Elle est couverte par un plateau amovible. Elle pouvait conjuguer deux fonctions : meubles ptrir la pte pain ainsi que huche pain pour conserver la fourne.

.

La maie tiroir

Ceraines modles de maie qui taient utiliss en Haute-Auvergne sont un peu plus labors et sont pourvus d’un tiroir en faade, mnag dans la partie infrieure, ce qui en faisait un vritable meuble de service pour ranger des ustensiles divers comme la raclette ptrin qui servait pour ne rien laisser de la pte dans la maie.

Le huche placard

Certaines fermes importantes ayant du personnel avaient besoin de beaucoup de pain. Elles disposaient alors d’un placard huche permettant d’entreposer les tourtes, paillasses, bennetons en paille et clisses de ronce dans lesquelles la pte tait mise lever.

UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE
Le buffet intgr
Le buffet intgr

La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun espace utile. Tous les meubles de rangement se trouvaient disposs le long des murs. C’est notamment le cas du buffet intgr.

L’tre de la salle commune est l’un des lments majeurs de la pice toujours au milieu d’un mur pignon perpendiculairement au mur de la porte d’entre.

Cette position laissait sur le ct un vide combl par un massif buffet encastr deux, trois et parfois quatre portes pleines ou vitres. La partie basse du meuble tant spare par une range de tiroirs.

Dans ce mobilier caractristique de la salle commune du Cantal toute la vaisselle familiale s’y trouvait regroupe.

RANGER ET MONTRER
Le buffet-vaisselier
Le buffet-vaisselier

Ce meuble encore souvent conserv dans les maisons aujourd’hui, tait destin au rangement et l’exposition de la vaisselle pour la mettre en valeur dans la salle commune de la maison rurale.

Dans ce type de meuble dont la partie suprieure est ouverte l’lment de rangement de la vaisselle sur tagre repose sur un buffet bas. Par la suite toute la partie haute du vaisselier sera ferme pour des raisons d’hygine par des portes pleines ou vitres.

 Le buffet-bas se compose gnralement de deux portes et frquemment de deux tiroirs. La partie haute forme un dressoir (le dressadou) en chelle, tagres simples ou tagres en fuseaux. Meuble caractristique de la plupart des salles communes des maisons rurales mme les plus modestes, le vaisselier tait souvent encastr entre le placard, les alcves et l’horloge Contoise.

Plus qu’un rangement de la vaisselle courante, les tagres avaient tendance tre rserves aux pices de valeur, assiettes de faences dcores ou en tain utilises seulement pour les grandes occasions. Aujourd’hui on y expose plutt quantit d’objets anciens.

Les tablettes de certains vaisseliers sont surmontes en avant d’une barre troite permettant le positionnement des assiettes vers l’avant selon la tradition dans le Cantal.

RANGEMENTS PRECIEUX
Le grand buffet
Le grand buffet

Apparu la fin du 19me sicle, le grand buffet a intgr de nombreuses salles communes de la maison paysanne du Czallier. Les modles au corps du haut en retrait semblent tre plus anciens selon les antiquaires.

Ce meuble imposant deux corps et aux battants pleins juxtaposs, spars ou non par des tiroirs, gnralement peu dcors, abritaient la belle vaiselle. Mais on y gardait aussi prcieusement l’abri des regards quelques bonnes bouteilles et des prparations locales avec les fruits du pays.

UNE HABITATION PRATIQUE
Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire
Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire encombr de nombreux ustensiles et de provisions rangs sur un petit mobilier spcifique.

Le plafond en bois soutenant l’tage suprieur des anciennes maisons tait un espace utilitaire pour faciliter la vie quotidienne.

Aux solives on fixait des barres porte-viandes, des crochets, des tagres, les lampes huile remplaces par la suspension lectrique... Ainsi, se trouvait runi un systme d’accrochage rudimentaire mais pratique et efficace.

Les salaisons schaient en profitant de la fume du cantou. Les jambons, lard fum, saucisses, saucissons, morceaux de gibier restaient l le temps qu’il fallait avant leur dgustation. Lorsque le four pain s’ouvrait dans le cantou la pelle enfourner y tait fixe.

La « pos », l’tagre au-dessus de la table

Typique de l’identit cantalienne la « pos » est une tagre caractristique de la salle commune paysanne accroche au plafond. Elle est forme de planches superposes ou pas formant une sorte de caisse permettant de suspendre d’une faon trs pratique la vaisselle du repas (bols, cuelles, soupire...Ce porte-vaisselle faisait aussi office de rserve provision comme le saindoux, le lard ou pour le schage du fromage.

L’tage suprieur de la pos servait parfois de rserve de pain. En bout tait accroch le chaleil.

Plac autrefois systmatiquement au-dessus de la table commune, les modles qui existent encore dans quelques maisons anciennes sont gnralement fixs dans un autre endroit.

AISANCE PAYSANNE
L’armoire lingre
L’armoire lingre

L’armoire tait le reflet de la richesse et de la solidit du foyer. Davantage que tout autre meuble populaire, l’armoire a particip de tous les styles et refltait bien les traditions d’Auvergne. Les armoires reprsentent le tmoignage de l’ge d’or du mobilier populaire.

L’armoire n’est courante dans la maison de Haute-Auvergne qu’ partir de la fin du 18me sicle. En effet, le paysan sans richesse vestimentaire n’avait auparavant aucunement besoin d’une armoire qui faisait partie du mobilier des classes bourgeoises et aristocratiques.

On mesurait au nombre de draps l’aisance de la famille rurale dans la grande armoire. En effet, jusqu’ l’arrive de la lessiveuse en zinc vers les annes 1920, on lavait le linge deux fois par an. Ce qui exigeait de possder des piles de draps, de chemises et linge de corps.

Armoire de baptme, armoire de mariage, armoire coffre ou armoire cornes, souvent dcores avec soin, l’art populaire auvergnat durant plus d’un sicle a laiss des traces dans pratiquement toutes les maisons rurales. Parfois on ne sait plus qu’en faire des ces grandes armoires en bois massif, qui en dehors des vastes maisons rurales trouvent difficilement leur place dans les pices d’aujourd’hui.

Toutes les armoires parvenues jusqu’ nous ne comprennent pas forcment les caractristiques du Cantal. Le Czallier oriental borde la Basse Auvergne (Puy-de-Dme) et le Velay (Haute-Loire). Sur les armoires en place figurent donc les marques de diffrents terroirs. Car l’armoire pouvait autant venir de chez l’bniste local que d’un hritage ou de la dot de la marie.

UNE PIECE UTILITAIRE
La souillarde
La souillarde

A la fois extension de la salle commune, dbarras, cave, la souillarde nomme comme en Provence, tait gnralement une vraie pice d’eau surtout dans les grandes fermes. Les vaisselles autant que les lessives se faisaient l. Son rle aussi de garde-manger et de laiterie prdisposait toujours placer cette pice au nord de l’habitation.

La souillarde tait gnralement spare de la salle commune par une porte pleine ou claire-voie ou parfois vitre ou encore ferme par un simple rideau.

La souillarde tait la pice de rangement o les femmes rassemblaient la batterie de cuisine, les chaudrons et les marmites, les toupins de graisse, et les pots de confit. Elle tenait lieu de saloir aprs le dpeage du cochon. Parfois elle accueillait un garde-manger garni d’une toile mtallique petits trous o les fromages taient l’abri des souris et des mouches pendant l’t.

Le mobilier de la souillarde tait diffrent en fonction de l’espace disponible. Les plus troites n’offraient gure que quelques tagres. Les plus spacieuses comprenaient pierre d’vier, fromager, tagres diverses.. 

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Maisons paysannes du Czallier

Le Sacr

La Rsistance (39-45)

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les plerinages Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux religieux

Les Tumulus

Les cimetires communaux

Les monuments aux morts

Objets du culte catholique

La statuaire des glises

Les bannires
de procession

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc

Les reliquaires